Le cannabis, un allié contre la COVID-19?

Disons-le tout de suite, le cannabis ne peut pas guérir la COVID-19. Il y a des limites à l’efficacité de cette plante, aussi merveilleuse soit-elle! Les personnes infectées doivent donc se limiter aux traitements prescrits par leur médecin et laisser à leur système immunitaire le soin d’éliminer le problème. En revanche, il semble que le cannabis puisse quand même alléger certains symptômes associés à la COVID-19. Bien que les scientifiques n’aient pas eu le temps de s’intéresser à la relation entre le cannabis et le virus (il faut bien que quelqu’un travaille sur un vaccin!), certaines recherches ultérieures sont dignes d’intérêt.

Connaître l’ennemi

Pour débuter, il faut savoir que la COVID-19 fait partie de la grande famille des coronavirus. Les principaux symptômes qui y sont associés sont la toux, la fièvre et les difficultés respiratoires. Ces problèmes peuvent se manifester selon différents degrés d’intensité dépendamment des personnes atteintes. Il s’agit de symptômes très communs qui sont similaires à ceux d’autres virus comme l’influenza. Certaines conditions médicales comme la sclérose en plaques ou la maladie de Crohn peuvent également causer de tels désagréments.

Fièvre et cannabis, une relation incertaine

Lorsque le système immunitaire réagit à l’apparition d’un virus dans l’organisme, il est fréquent de voir de soudains épisodes de fièvre se déclarer chez les patients. Il s’agit d’une réaction inflammatoire défensive du corps humain. Or, plusieurs utilisateurs de cannabis thérapeutique utilisent justement cette plante en espérant réguler leur température corporelle.

Déjà en 2009, une étude suggérait que les cannabinoïdes comme le CBD ou le THC possèdent d’intéressantes propriétés anti-inflammatoires. Les chercheurs en sont venus à la conclusion que lorsque ces composés du cannabis interagissent avec les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde, ils contribuent par la même occasion à réguler le système immunitaire. La consommation de cannabis pourrait donc contribuer à diminuer la fièvre. Toujours selon cette étude, l’activation des récepteurs de type CB2 semble avoir un effet particulièrement important sur la régulation du système immunitaire. Théoriquement, il serait donc envisageable d’utiliser les cannabinoïdes dans un contexte médical afin de traiter les victimes de virus similaires à la COVID-19.

Pour le moment, il n’existe malheureusement pas de médicaments contre la fièvre qui exploitent cette étonnante propriété du cannabis. En fait, une autre étude de 2017 suggérait que la relation entre le système immunitaire humain et les cannabinoïdes n’était pas suffisamment documentée pour confirmer l’efficacité de ces derniers. Il faut donc croiser les doigts pour que les subventions de recherche soient allouées en ce sens lors des prochaines années!

Dégager les voies respiratoires avec du THC, c’est possible?

D’autres éléments nous laissent croire qu’il ne serait pas surprenant que de nouveaux médicaments à base de cannabis soient développés dans un futur proche. Ces derniers pourraient être particulièrement utiles pour ceux et celles qui sont affligés par une toux persistante ou par une inflammation des bronches.

En effet, une autre étude conduite en 2014 suggérait que le cannabis est particulièrement efficace pour dégager les voies respiratoires. Afin d’en venir à cette conclusion, les chercheurs déclenchèrent chez 88 volontaires des bronchospasmes artificiels. Quand du THC était administré à ces derniers, les scientifiques pouvaient observer que leurs voies respiratoires se dilataient et que les spasmes cessaient. Les chercheurs en sont venus à la conclusion que ce phénomène se produisait lorsque le THC activait les récepteurs CB1 du système endocannabinoïde.

En 2015, une étude similaire fut conduite sur des animaux. Les responsables du projet voulaient déterminer quels cannabinoïdes étaient les plus efficaces pour réduire la congestion des voies respiratoires irritées. Les essais furent menés avec du THC, du CBD, du CBG, du CBC, du CBD-A, et du THC-V. Les scientifiques en conclurent que le THC et le THC-V sont les seuls composés efficaces pour cet usage. Ajoutons ici que le THC produisait des résultats de loin supérieurs à ceux du THC-V.

Par contre, comme la toux est généralement causée par une inflammation des bronches, l’inhalation de fumée de cannabis est fortement déconseillée. C’est d’ailleurs pour cette raison que dès le début de la pandémie de COVID-19, plusieurs représentants de l’industrie du cannabis recommandèrent de diminuer la consommation de produits combustibles et de se tourner vers des aliments ou des concentrés liquides.  En procédant ainsi, il est possible de profiter des supposés effets salvateurs du THC et du CBD, sans pour autant irriter les voies respiratoires.

Pour conclure, il n’est donc pas possible de garantir l’efficacité du cannabis pour traiter la fièvre, la toux et les difficultés respiratoires engendrées par la COVID-19 et les autres conditions associées à ces symptômes. D’un côté, les expériences anecdotiques d’utilisateurs de cannabis thérapeutique suggèrent que les cannabinoïdes, en particulier le THC, ont une certaine efficacité. Cependant, ces effets semblent varier grandement d’un individu à l’autre et les recherches scientifiques dédiées à cette question nous font cruellement défaut.

Comme la pandémie de COVID-19 a pris le monde entier par surprise, il faut espérer que les entreprises pharmaceutiques se tourneront vers de nouvelles alternatives pour développer de nouveaux médicaments. Évidemment, nous estimons que le cannabis devrait se trouver au sommet de cette liste, étant donné sa richesse chimique inégalée dans le monde végétal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *